Catégories
divers

Simba

C’est le 1er mars dernier que Simba est parti. Il avait seulement six ans. Une maladie génétique des reins. Alors qu’il était resté plusieurs jours chez la vétérinaire pour des analyses, il fallait alors que je m’occupe un maximum pour me changer les idées. Ne pas être rentré avec lui après être allé voir la vétérinaire m’avait déjà mis un bon coup au moral. Contre toute attente, travailler me faisait alors du bien. Écouter des gens me parler de leur problème me permettait de penser à autre chose. À la fin d’une semaine qui m’a paru interminable, nous avons pu le récupérer. Si les premiers jours se sont plutôt bien passés, les suivants l’étaient moins. Entre son refus de s’alimenter et l’envie de rester dans son coin les trois quarts de la journée, il n’était plus aussi enjoué qu’avant. J’étais alors dans une sorte de déni. Il était avec nous et c’est tout ce qui comptait à cet instant. Il m’a fallu, très vite, me faire à l’idée qu’une nouvelle consultation était alors urgente.

Peu avant de retourner voir la vétérinaire, alors qu’il était assis sur le lit, je lui ai dit que si c’était la dernière fois qu’il se trouvait à la maison avec moi, j’avais passé des moments inoubliables avec lui. Alors que je le remerciais pour tout, il a commencé à ronronner tout en mettant sa patte sur ma main. A cet instant, je ne voyais plus rien tant j’avais les yeux embués.

Au moment du passage à la clinique vétérinaire, nous avions la possibilité de le maintenir en vie, mais cela aurait impliqué de le placer sous perfusion en le laissant, de nouveau, à la clinique. Il avait déjà été sous perfusion et cela n’avait pas été efficace. Nous pouvions le ramener chez nous. Avant cela, il aurait fallu lui placer une poche dans l’estomac et lui faire des piqûres quotidiennement. La vétérinaire nous a dit que cela ralentirait l’inévitable sans être optimiste quant au fait que cela allongerait son espérance de vie de plusieurs années. La troisième solution consistait à abréger ses souffrances. Mon copain et moi avions imaginé tout les scénarios possibles et nous nous étions mis d’accord pour ne pas agir égoïstement. J’avais promis à Simba de rester avec lui jusqu’à la fin. J’ai tenu ma promesse. Ce n’était pas du tout facile. Je n’ai jamais autant pleuré.

J’ai été le compagnon de vie de Simba pendant 2432 jours. Si la douleur ne partira jamais et qu’il m’arrive de me mettre à pleurer soudainement, j’arrive, petit à petit, à réussir à sourire en repensant à des moments passés plus joyeux que ses derniers instants. Ses ronronnements continus à tout moment de la journée (quel bonheur pour les oreilles), ses attitudes de roi en allant faire ses besoins dans la baignoire car la litière n’était pas suffisament propre à son goût, ses miaulements proches de mon oreille quand il entendait un client que j’avais au bout du fil me crier dessus, tout cela me manque terriblement. J’avais publié, le lendemain de son départ, un post sur Instagram en sa mémoire. C’était ma manière de commencer mon processus de guérison. Les lignes que vous lisez actuellement sont, elles aussi, ma façon de vouloir avancer, sans l’oublier. En parler me fait paradoxalement du bien.

Avec mon cher et tendre, nous avons commencé à réunir dans une boîte, des photos et des objets qui nous font penser à lui. Elle a déjà un nom qui lui sied parfaitement : la Simbox. On m’a souvent demandé si j’envisageais d’avoir un nouvel animal. Là tout de suite maintenant, la réponse est un non catégorique. Avec le temps, je ne sais pas si mon avis changera. J’ai envisagé de me faire tatouer quelque chose en son honneur. Je voudrais me faire tatouer l’emoji (version iPhone) du lion. Sur la jambe ou le bras gauche, en tout petit, je ne sais pas encore. Moi qui ai peur de la douleur de l’aiguille sur la peau, je me dis qu’elle ne pourra pas être plus forte que celle de la perte de mon animal.

En plus d’avoir rendu nos vies merveilleuses, Simba aura aidé mon copain à sortir de sa dépression et m’aura tenu compagnie durant le télétravail avant de nous faire ses adieux. Nicolas (mon copain) poursuit sa formation professionnelle, et j’ai, depuis une semaine, repris, en partie, le travail en présentiel. Une certaine manière de tourner la page après la lecture d’un livre formidable, que je range alors dans ma bibliothèque des souvenirs impérissables.

Catégories
divers

Ne plus manger de viande : veggie arriver ?*

Cela faisait un moment que l’idée me trottait dans la tête mais j’ai franchi le pas il y a peu : je ne mange plus de viande. Depuis quelques années maintenant, j’ai souvent pris pour habitude d’acheter des steaks de légumes en plus de la viande rouge. Je n’hésitais pas à me préparer des hamburgers avec notamment. On va dire que je variais les plaisirs mais que je ne résistais pas à l’appel d’un Double Whooper Cheese à Burger King par exemple.

Le « déclic » a eu lieu lors d’un week-end à la montagne. Alors que nous étions en voiture, de nuit, on a dû ralentir pour laisser passer des cerfs et des lapins. J’étais alors comme un enfant en les voyant. J’avais l’impression d’être dans Pokémon Snap. Jeu que j’ai complètement mis de côté d’ailleurs, mais ce n’est pas le sujet.

Le lendemain, rebelote : lors d’une balade, avoir vu des animaux dans leur habitat naturel m’a fait prendre conscience que je ne pouvais (et voulais) plus les avoir dans mon assiette. Cela m’a fait penser à mes parents qui, après avoir gardé des lapins, ont arrêté d’en cuisiner. Quand j’étais petit, j’y avais souvent droit lors du fameux repas dominical. C’était quelque chose que j’adorais mais cela ne me manque plus. Et quand bien même, j’aime la viande, je pense pouvoir m’en passer.

Cela fait une dizaine de jours que j’ai rayé cela de mon alimentation. Je verrai bien comment cela va se passer au fur et à mesure du temps qui passe mais je ne vis pas cela comme une épreuve.

*les dates de mon one-man show à travers toute la France vous seront prochainement communiquées

Catégories
divers

35

Pour les personnes qui n’avaient pas eu le loisir de suivre mes précédents blogs, il faut sachez que j’avais l’habitude de poster autant d’anecdotes me concernant que mon nouvel âge. De, en toute modestie, de la news à l’info cruciale, voici donc 35 choses à savoir sur moi. Bonne lecture 🙂

  1. Rain on Me est à mon sens LE morceau de 2020
  2. J’ai commencé à regarder The Voice rien que pour Vianney
  3. Je suis un fervent défenseur des Blu-Ray 3D
  4. J’ai toujours une partie de moi qui a envie de voir Cats
  5. Je détestais les avocats mais j’ai complètement retourné ma veste sur le sujet
  6. J’ai pris un coup de vieux quand j’ai demandé à mon voisin de faire moins de bruit
  7. Je me laisse pousser les cheveux sans savoir vers quoi je vais capillairement parlant
  8. Mon marathon Disney•Pixar m’a fait réaliser qu’il y en a pas mal qui sont mauvais
  9. Voir Mylène Farmer en concert fait partie de mes actes manqués
  10. J’ai appris à faire tourner une machine depuis que je vis avec mon copain
  11. Birthday de Katy Perry est le premier morceau de la journée que j’écoute à chacun de mes anniversaire
  12. J’adore me passer la main dans les cheveux et faire des boucles avec
  13. J’ai envie d’un iPad Air avec un  Pencil alors que je dessine les oiseau en faisant un v
  14. Je surveille la qualité de mon sommeil depuis plusieurs mois et je dors peu
  15. Je donne toujours un pourboire en espèces à la personne qui vient me livrer à manger
  16. Ça doit être l’âge mais je n’ai pas réussi à adhérer à TikTok
  17. Mon journal est en cours de correction en vue d’une impression sur papier glacé
  18. Je suis retombé dans l’envie de collectionner les cartes Pokémon
  19. J’ai trop pris l’habitude de demander à Siri d’allumer la télé ou les lumières
  20. Avec le télétravail, j’ai appris à faire plus attention à ce que je mange et ça me réussit plutôt bien
  21. J’ai toujours envie de faire une chirurgie laser pour corriger ma myopie mais j’ai trop de jeux à acheter
  22. Je voue une passion sans faille aux téléfilms qui ne sont pas à l’eau de rose
  23. J’ai acheté une coque rouge pour mon iPhone 12 mini afin qu’il matche avec ma Switch
  24. Je trouve la saga Indiana Jones surcôtée
  25. Je suis tombé en panne dans un ascenseur le jour de Noël et je ne me sentais pas bien
  26. Mon compagnon félin dans Monster Hunter Rise s’appelle Simba (comme mon chat)
  27. J’ai mon rituel dominical : un bain durant lequel je regarde Ici Tout Commence
  28. Désenchantée de Mylène Farmer est à mon sens LA chanson française
  29. J’ai rebranché la Wii U
  30. J’ai toujours ce TOC de mettre le volume sur un nombre terminant par 0 ou 5 mais aussi de le mettre sur deux chiffres identiques
  31. J’ai acheté les skins de Master Chief et Kratos dans Fortnite alors que j’y joue tout les 36 du mois
  32. La Switch est devenue la console sur laquelle j’ai le plus de jeux
  33. Je rigole intérieurement quand je repense aux fois où je voulais vivre à Paris
  34. J’ai envie de faire une teinture pour masquer mes cheveux blancs
  35. Je me dis que je suis plus jeune que Simba, mon chat, qui va avoir 6 ans le mois prochain (soit 40 ans en âge humain)